Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog, créé en octobre 2006, a pour mission de partager nos passions en musique,  cinéma, bouquins et plein d'autres choses encore.

De Nantes à Brest, puisque ce sont les villes qui bornent notre éloignement géographique, nous utilisons le blog comme canal de nos coups de coeur !

Ce site est bien sûr ouvert à la famille, aux amis et à tous ceux qui passent pas là. N'hésitez pas à réagir aux articles en y mettant vos propres commentaires.

Pour suivre l'actualité du site, vous pouvez aussi vous inscrire à la "newsletter".

Bonne visite !

dossier Beatles

 

 

Recherche

Articles Récents

14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 21:11

Film de Thomas Vincent

Avec Clovis Cornillac, Marie-Josée Croze, Dominique Reymond.

Sorti le 19 mars 2008

 

 

Raoul Craft (Clovis Cornillac) apprend le décès de son fils dans un accident de voiture. Mais quelle en est la cause ? La consommation d’un médicament non homologué comme le prétend une jeune femme ?

 

C’est à ces deux questions que va tenter de répondre Raoul, bucheron pragmatique, qui ne s’en laisse pas conter par Diane, l’altermondialiste. Cependant, troublé par ses arguments et par les apparences, il décide de mener sa propre enquête pour en avoir le cœur net.

 

Comme j’aime bien les références, j’évoquerai ici le cinéma de Costa-Gavras (« Z », « L’Aveu » ou, plus récemment « Amen »). Un homme met le doigt dans un système qui le dépasse et où il n’aurait jamais dû le mettre. Ce film fleure bon le militantisme avec pour leitmotiv : Les labos sont des méchants qui ne pensent qu’au profit, qui se foutent de la recherche et dont l’ambition est de gaver les occidentaux – ceux qui peuvent payer – de médicaments.

 

ça peut agacer comme ça peut réjouir. C’est selon les opinions. Globalement  « le Nouveau Protocole » ne nous apprend pas grand-chose sur le sujet. Effectivement les labos ne sont pas des philanthropes et ses administrateurs ne sont pas les descendants dévoués et désintéressés de Louis Pasteur. Du lobby à la mafia, il n’y a qu’un pas que le réalisateur franchi sans hésiter (mince, je déflore l’intrigue !)

 

Très très belle performance de Clovis Cornillac. L’intérêt du film tient beaucoup à la qualité de son interprétation. Son jeu est juste et convaincant. Le spectateur s’identifie sans difficulté à son personnage : un dur, un rustique frappé par la douleur et dont les certitudes s’effilochent.

 

Au terme d’une heure et demie de suspens et de scènes d’action dignes des films américains,  le final nous tombe dessus, imprévisible. Les angélistes auront sans doute du mal à avaler la pilule. Mais laquelle au fait : plutôt Valium, Prosac ou simplement Aspégic ou Doliprane ?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
J'ai été assez déçue moi aussi par ce film. Par contre Clovis Cornillac incarne de façon très convaincante son personnage.
Répondre
J
Trop manicchéen pour être crédible ! Une vraie déception... un peu comme le "documentaire" : le monde selon Monsanto. Il ne suffit pas de dire le contraire de quelque chose pour prouver que c'est vrai...
Répondre