Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog, créé en octobre 2006, a pour mission de partager nos passions en musique,  cinéma, bouquins et plein d'autres choses encore.

De Nantes à Brest, puisque ce sont les villes qui bornent notre éloignement géographique, nous utilisons le blog comme canal de nos coups de coeur !

Ce site est bien sûr ouvert à la famille, aux amis et à tous ceux qui passent pas là. N'hésitez pas à réagir aux articles en y mettant vos propres commentaires.

Pour suivre l'actualité du site, vous pouvez aussi vous inscrire à la "newsletter".

Bonne visite !

dossier Beatles

 

 

Recherche

Articles Récents

18 octobre 2006 3 18 /10 /octobre /2006 00:18

Film américain de Oliver Stone, avec Nicolas Cage et Michael Pena, sorti le 03/09/2006

 Un soir d'ennui et je fonce au ciné pour la séance de 22h00, j'hésite entre Indigènes et World Trade Center (WTC), la présence de N. Cage fait pencher la balance pour le second. Nous sommes quatre dans la salle, moi-même et trois jeunes filles.

 Pas besoin de synopsis, l'histoire nous la connaissons tous, et c'est d'ailleurs ce point qui confère au film un statut un peu particulier : pas vraiment un film catastrophe ni vraiment un récit historique mais un peu des deux, et la recette fait mouche.

 Le début a tout du bon film catastrophe, ça m'a rappelé des séries B des années 70, celles où un tremblement de terre s'abat sur San Francisco : on voit les protagonistes commencer une journée ordinaire, embrasser femmes et enfants, musique sur le périf, oiseaux et ciel bleu, puis prendre leur service au poste de police. Et là, c'est le drame. Oliver Stone ne fait pas dans le démonstratif, juste une ombre gigantesque qui survole New York et l'atmosphère change d'un coup : on plonge de suite dans la partie historique ; Le réalisateur traduit à la perfection le degré de stupéfaction dans lequel se trouvait les New-yorkais et surtout la désinformation, les rumeurs qui enflent.

 Désormais on suit les protagonistes dans leur mission, vivre la suite des événements un par un : l'effondrement de la première tour, puis de la seconde, on voudrait les prévenir car ces images nous les avons vus bien souvent.

 La suite raconte principalement comment les sauveteurs se retrouvent piégés à leur tour et la tentative de sauvetage : parfois on y croit, parfois on désespère, tout comme leurs familles qui passent de la joie aux larmes.  Sans tomber dans le pathos, tout ça est très émouvant, extrêmement juste et très bien joué.

 Le film m'a plu. je le conseille vivement, c'est vraiment très chargé en émotion sans tomber dans le larmoyant, le réalisateur ne triche pas avec l'histoire (imaginez Steven Seagal qui arrive et qui sauve tout le monde !), certains reprocheront sans doute le côté patriotique de quelques scènes (ça m'a surpris de la part d'Oliver Stone) mais ça ne gâche pas la séance.

Les lumières se rallument : les trois jeunes filles sèchent leurs larmes.  

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Vu à mon tour cet après-midi (le ciné l'après-midi c'est pas trop mon truc mais le crachin + dernière séance à Lesneven m'ont décidé).
Attention les commentaires qui suivent s'adressent à ceux qui ont déjà vu le film !
D'abord j'ai été très étonné de voir Nicolas Cage et ses coéquipiers bloqués dans les décombres si rapidement. Quoi, ils n'ont même pas sauvé d'une fin atroce la garderie dont il est question au début ? Je me suis sincèrement demandé si le projectionniste n'avait pas sauté une bobine. Mais non, comme le dit Benoît, le réalisateur ne fait pas dans le démontratif et nous épargne à peu près toutes les images vues cent fois depuis.
Par contre, j'ai trouvé qu'au niveau pathos, quand même, on a le droit aux violons en formation plénière : que des couples qui s'adorent avec une famille soudée et  nos deux héros qui s'en sortent à la fin (j'avais prévenu en gras, hein !).
Les images du Christ tendant une bouteille d'eau à Will sont, heu... sans commentaire !
Allez,  soyons indulgent : à côté de ça, Nicolas Cage est épatant et Oliver Stone arrive tout de même à tenir le spectateur en haleine.
Philippe
Répondre