Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog, créé en octobre 2006, a pour mission de partager nos passions en musique,  cinéma, bouquins et plein d'autres choses encore.

De Nantes à Brest, puisque ce sont les villes qui bornent notre éloignement géographique, nous utilisons le blog comme canal de nos coups de coeur !

Ce site est bien sûr ouvert à la famille, aux amis et à tous ceux qui passent pas là. N'hésitez pas à réagir aux articles en y mettant vos propres commentaires.

Pour suivre l'actualité du site, vous pouvez aussi vous inscrire à la "newsletter".

Bonne visite !

dossier Beatles

 

 

Recherche

Articles Récents

24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 20:50

Dans notre série "Les chansons des Beatles à la loupe"

GET BACK
 
1 – Composition
2 - Enregistrement
3 – Diffusion
4 - Versions de Paul McCartney
5 – Autres versions
 
1 – Composition
A quelques exceptions près, les signatures Lennon-McCartney ne signifient pas une collaboration parfaite et égale dans l’écriture de chansons. En effet la plupart du temps elles sont l’œuvre de l’un ou de l’autre.
 
Get Back est un de ces bons vieux rock dont Paul a le génie. Dans la même veine et du même auteur, on se souviendra au hasard de « I Saw Her Standing There », « I’m Down », « Back In the USSR ». Ceux qui disent ou écrivent que McCartney ne sait composer que des bluettes oublient souvent que l’Oncle Paul est l’auteur du titre le plus violent des Beatles « Helter Skelter ». Mais les réputations ont la vie dure…
 
Get Back a bien failli être le titre du dernier album des Beatles. En effet, les séances d’enregistrement de ce début 1969 étaient couramment désignées comme les « Get Back Sessions » et un premier album fut soumis à EMI sous le nom de cette chanson.
 
Selon Barry Miles, biographe de l'oncle Paul « Paul avait dans l’esprit un vague début de texte et de mélodie et commença à improviser autour de l’embryon de la chanson. John se joint à lui, et ils se mirent tous les deux à réfléchir à des paroles. Beaucoup des vers de la chanson furent tirés d’un journal, ce qui était typique de leur écriture. En l’occurrence, la chanson parlait de la situation des Kenyans qui arrivaient en masse en Grande-Bretagne avant l’adoption du dispositif législatif Commonwealth Immigration Bill, qui s’apprêtait à leur interdire l’entrée du territoire. A l’origine la chanson devait être une caricature au second degré des gens racistes… A propos de la fameuse « Jo Jo » Paul ajoute : « Beaucoup de gens ont depuis déclaré qu’ils étaient Jo Jo, mais ce n’est pas vrai, autant le dire tout de suite ! Je n’avais personne en tête spécialement, c’était un personnage de fiction, mi-homme, mi-femme, très ambigu. Je laissais souvent de l’ambiguïté dans mes chansons, j’aime faire ça dans mon écriture ».
 
2 – Enregistrements
« Get Back » fut travaillé à partir du 7 janvier 1969 (au Tweakenham studio) et enregistré du 23 au 28 janvier au nouveau studio d’Apple à Savile Row, à Londres (donc pas aux fameux studios d’Abbey Road). 
 
Le 30 janvier, sur le toit d’Apple, les Beatles jouent trois versions de Get Back, dont la dernière à l’issue de laquelle Paul va déclarer :  « Thanks Mo… » et John : "I would like to say thank you on behalf of the group and ourselves and I hope we've passed the audition"
 
 
Personnel :
Paul McCartney : Chant, basse (Höfner)
John Lennon : Chœurs, guitare solo (Epiphone Casino)
George Harrison : Guitare (Fender Télécaster)
Ringo Starr : Batterie (Ludwig)
Billy Preston : Piano électrique (Fender Rhodes)
 
Ingénieur du son : Glyn Johns
 
3 – Discographie du « Get Back »
 
3 enregistrements ont été publiés :
 
« Get Back » fera tout d’abord l’objet d’un 45 tours sorti en Grande Bretagne le 11 avril 1969, avec en face B, Don’t Let Me Down. C’est la version du 28 janvier avec le fameux coda.
Le single Get Back se classera :
- numéro 1 en Grande Bretagne pendant 6 semaines et dans le top50 pendant 17 semaines.
- numéro 1 au billboard (USA) pendant 5 semaines.
   
On retrouve « Get Back » sur l’album Let It Be, sorti en mai 1970, soit un an plus tard. La version est celle enregistrée le 27 janvier. Mais le producteur Phil Spector trompe l’auditeur en ajoutant à la fin du morceau les commentaires enregistrés sur le toit d’Apple, laissant croire qu’il s’agit d’un enregistrement « on the roof top ».
 
En réalité, il faudra attendre l’Anthologie 3 (1996) pour entendre pour la première fois sur disque officiel l’une des trois interprétations de Get Back lors du concert sur le toit. Le son est nettement moins bon, les musiciens moins précis et des problèmes techniques nous privent des deux guitares pendant tout un couplet. Mais, comme le disent les notes de pochette : « C’est un moment historique : les Beatles chantent le dernière chanson de leur dernière performance en public ».
 
C’est la version single qui ouvre l’album Let It Be Naked  (2003) avec un son prodigieux. Il suffit de comparer ce dernier avec le CD “Past Masters 2” (1988) pour s’en convaincre définitivement. 
 
Quant à la version “Love” (2006), je penche pour la version “Naked” avec, en introduction,  l’accord de “Hard Day’s Night”, puis en prelude, la partie instrumentale de “The End” sur laquelle a été ajoutée la montée de violon de “A Day In the Life”. L’enchaînement avec Glass Onion est particulièrement bienvenu.
 
Pour être complet, Get Back figure également sur les compilations « 1967-1970 » (double bleu - 1973) et « One ».
 
4 - Versions concerts de Paul McCartney
 
Tripping The Live Fantastic  (1990). C’est donc plus de vingt ans plus tard que Paul reprend Get Back. Version plutôt sympa, énergique, avec le coda.
 
In Red Square (DVD – 2005)
 
The Space Within Us (DVD – 2006)
 
Deux versions qui se valent, honnêtes mais pas exceptionnelles
 
5 – Autres versions
 
Sarah Vaughan « Songs of the Beatles » 1981. Une grande diva du jazz s’attaque à un répertoire inhabituel. Voix excellente (le contraire eut étonné) accompagnement limite disco, idéale pour les fans de Thriller (le blockbuster de Michael Jackson)
 
Blue Note Artists « Strawberry Fields » 1996 par Jahlisa (chant) & Junko Onishi (piano). Là encore une version assez funky avec un côté un peu prétentieux (histoire de rappeler que l’on est pas sur n’importe quel label !) Le solo de piano est techniquement parfait mais quelques accords de synthè viennent polluer l’ensemble. Dommage.   
 
Anonymously Yours sur « Trojan Beatles Tribute Box Set ».(2004 mais morceau enregistré en 1969) Ah ! Le coffret reggae ! Beaucoup à jeter, un peu à garder. Ici nous sommes dans un no man’s land. C’est pas que c’est mauvais, mais c’est pas terrible non plus. Le solo de piano, aigrelet, force le sourire.
 
Enfin, nous n’ignorerons pas les redoutables Bidochons qui nous livrent une version française et iconoclaste, sous le titre « Get Claques » sur l’album potache « 4 Beadochons dans le vent » (1992). Globalement, ça casse pas des briques. Je préfère nettement « Pas d’Papier Water » (reprise de Paperback Writer). Non, Benoît, laisse tomber, j’ai déjà le lien vers « rire et chanson ».
 
Si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à compléter.
Ceci dit, s’il ne fallait retenir qu’une version, sans hésiter ce sera celle de Let It Be…Naked.
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Gloups, moi non plus. Et je ne télécharge jamais, sauf en payant !Je possède la version remasterisée en stéréo, mais le copyright est de 1999 sur le mien.Migwell
Répondre
M
Ah tiens, je ne m'en souvenais pas. Une petite relecture du Past Master 2 s'impose donc ce week-end. Ne jamais négliger les révisions.Pour en revenir à l'album Pet Sounds, c'est le jour et la nuit entre les deux versions. Et ceux qui veulent rester à l'âge de pierre, pas de problème, y'a la version mono d'origine. Et hop !Tu as rajouté des photos (ou alors tout à l'heure elles n'apparaisaient pas). Michel
Répondre
P
Pour "Pet Sounds" je ne possède pas la même édition que toi. Faut dire aussi que depuis l'arrivée du cd, l'album a dû déjà sortir dix fois sous différentes versions. La dernière en date (2006) propose en + un DVD avec son 5.1.  La (nouvelle ?) version stéréo a été conçue en 1997 par Brian Wilson en personne. De l'avis des spécialistes (et de Migwell, donc !) c'est une sorte de révélation.
Pour ma part, je me contente actuellement d'une édition remasterisée en 1987 et éditée avec quelques bonus en 1990. Ben oui, encore un achat à prévoir. En tous cas, c'est pas moi qui est à l'origine des baisses de ventes de disques !!! 
M
Très intéressant, comme d'habitude. Je suis d'accord pour la version "Naked", comme je l'avais déjà dit. Y'a pas à dire, une petite remasterisation de l'oeuvre nous ferait du bien. Et puis, pour les puristes, on pourrait faire comme pour "Pet sounds" des Beach Boy qui a été réédité voici quelque temps : une partie originale et une partie remasterisée. Sinon, c'est quoi le "fameux coda" ?Migwell
Répondre
P
Bien d'accord avec toi, Migwell, vivement la remasterisation. Sauf qu'avec la crise du disque, l'ambiance n'est pas aux grands projets. Ne pas désespérer...
Le fameux coda : Le morceau se termine, mais voilà que Ringo d'un roulement de batterie relance le morceau et Paulo enchaîne sur "Get Back Loretta...". C'est ce que l'on peut entendre sur le single "Past Master 2". Voilà ce que j'appelle le CODA !