Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog, créé en octobre 2006, a pour mission de partager nos passions en musique,  cinéma, bouquins et plein d'autres choses encore.

De Nantes à Brest, puisque ce sont les villes qui bornent notre éloignement géographique, nous utilisons le blog comme canal de nos coups de coeur !

Ce site est bien sûr ouvert à la famille, aux amis et à tous ceux qui passent pas là. N'hésitez pas à réagir aux articles en y mettant vos propres commentaires.

Pour suivre l'actualité du site, vous pouvez aussi vous inscrire à la "newsletter".

Bonne visite !

dossier Beatles

 

 

Recherche

Articles Récents

25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 10:13

Film français d'Olivier Dahan
Avec Marion Cotillard, Sylvie Testud, Emmanuelle Seigner, Gérard Depardieu...
Sorti le 14 février 2007

Les films biographiques de chanteurs se ressemblent assez : enfance malheureuse, alcool, drogue, vie de patachon le tout servi sur une B.O . idéale. A condition bien sûr d’apprécier la musique de l’artiste concerné.
 
Après Ray Charles (Ray – 2005), Johnny Cash (Walk The Line – 2006) voici Edith Piaf avec La Môme ». Pour réussir ce genre de film, il faut un acteur ou une actrice qui ait au minimum une petite ressemblance physique et surtout qui se fonde dans la peau du personnage. A ce titre Marion Cotillard est sensationnelle, qu’elle soit la jeune môme de Belleville, l’artiste adulée des années 40’ et 50’ et enfin cette vieille mémé de 45 ans. Elle est tour à tour gouailleuse, ensorceleuse, pitoyable, agaçante, bref toutes les palettes du personnage sont remarquablement interprétées.
 
A ses côtés, une bien belle brochette d’acteur de talents : Sylvie Testud, Emmanuelle Seigner, Jean-Paul Rouve, Clotilde Courau et bien sûr un excellent Depardieu.
 
L’évocation de la vie d’Edith Piaf (1915-1963) n’est pas linéaire et l’on navigue d’une époque à une autre, de la petite enfance à la scène du Carnagie Hall de New-York et enfin toute rabougrie dans son fauteuil en rotin à la fin de sa vie. Cette valse de flash back n’est pas gênante et permet mieux de mesurer l’écart creusé entre ces différentes périodes. On peut regretter cependant quelques lacunes biographiques : pas un mot par exemple sur Charles Aznavour et Montand, qui pourtant ont compté dans la carrière de la chanteuse.
 
On peut retenir beaucoup de choses de cette vie tumultueuse et désordonnée, ce que j’en garde, c’est la formidable énergie de ce petit bout de femme qui ne s’en laissait compter. Certainement invivable mais terriblement attachante.
 
 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Moi aussi j'avais beaucoup aimé Ray et Walk the Line. Pour celui-ci, ne connaissant pas vraiment ni la biographie ni la discographie (à part les grands tubes) je ne suis pas particulièrement attirée.
Répondre
M
Paradoxalement, tout ce battage (sans doute justifié) autour de ce film, m'a surtout donné envie de revoir Edith et Marcel. Ce que je n'ai pas encore fait. Là, au moins, on parlait d'Aznavour. Même qu'il y jouait !Puisque j'ai la parole, j'ai adoré Ray et  Walk the line. Et c'est vrai que c'est souvent la même trame dramatique.Migwell
Répondre