Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog, créé en octobre 2006, a pour mission de partager nos passions en musique,  cinéma, bouquins et plein d'autres choses encore.

De Nantes à Brest, puisque ce sont les villes qui bornent notre éloignement géographique, nous utilisons le blog comme canal de nos coups de coeur !

Ce site est bien sûr ouvert à la famille, aux amis et à tous ceux qui passent pas là. N'hésitez pas à réagir aux articles en y mettant vos propres commentaires.

Pour suivre l'actualité du site, vous pouvez aussi vous inscrire à la "newsletter".

Bonne visite !

dossier Beatles

 

 

Recherche

Articles Récents

8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 21:44
Titre original : Gengen die Wand
Avec Sibel Kekilli, Birol Ünel
Film allemand et turc de Fatih Akin
Sortie française le 21 juillet 2004.
Sortie DVD en juillet 2005
Ours d’or au festival de Berlin en 2004
Film interdit au moins de 12 ans et déconseillé aux personnes sensibles.
Décidément très friand de cinéma allemand, en VO si possible, c’est vraiment beaucoup mieux, nous poursuivons avec un film bien barré sur le thème alcool, drogue et rock&roll (et du sexe aussi bien sûr !).
Ici donc, un quarantenaire complètement à la ramasse, accidenté de la vie qui va devenir accidenté tout court en pliant sa voiture contre un mur. Même son suicide, il le rate. C’est à l’Hôpital qu’il va rencontrer la jeune Sibell. Turque comme lui, suicidée comme lui, ils sont fait pour s’entendre. Elle lui propose un mariage blanc pour échapper à l’emprise familiale. Mais les vieux démons ont la vie dure et le bonheur n’est pas à leur programme, ce serait trop facile…
Voilà un film qui a du rythme, qui secoue. Birol Ünel impressionne dans ce rôle de toxico incontrôlable, écorché vif. Il n’attend plus rien de la vie et refuse de voir en cette jeune fille un avenir possible. Cette jeune fille, parlons-en. Difficile pour l’actrice de tenir la rampe face à une telle personnalité. Et pourtant, elle fait plus que nous toucher dans la dérive de son personnage. Son jeu se fait tour à tour séducteur, agressif, pitoyable… Une richesse d’émotions parfaitement maîtrisée jusqu’à la métamorphose.
 
Les différents actes du film sont ponctués d’intermèdes musicaux que joue un orchestre en costume, face au Bosphore et à la Basilique Ste Sophie d’Istanbul.
 
Head On est une histoire d’identité et de choc des cultures. Mais c’est avant tout une histoire d’amour violente et passionnée entre deux êtres que leur culture unit autant qu’elle oppose.
Partager cet article
Repost0

commentaires