Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog, créé en octobre 2006, a pour mission de partager nos passions en musique,  cinéma, bouquins et plein d'autres choses encore.

De Nantes à Brest, puisque ce sont les villes qui bornent notre éloignement géographique, nous utilisons le blog comme canal de nos coups de coeur !

Ce site est bien sûr ouvert à la famille, aux amis et à tous ceux qui passent pas là. N'hésitez pas à réagir aux articles en y mettant vos propres commentaires.

Pour suivre l'actualité du site, vous pouvez aussi vous inscrire à la "newsletter".

Bonne visite !

dossier Beatles

 

 

Recherche

Articles Récents

28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 21:00
Tardi – le retour d’Adèle Blanc-Sec       
 
Nous parlions la semaine dernière de Bilal et de sa série « le sommeil du Monstre ». Dans un domaine très différent, Jacques Tardi figure lui aussi parmi les grands auteurs et dessinateurs de BD. Il a en commun avec Bilal d’avoir percé dans le mythique journal « Pilote ». Nous avions évoqué récemment les débuts de Tardi dans « Rumeurs sur le Rouergue ».
 
Le grand public connaît Tardi pour ses géniales adaptations de Nestor Burma (débutée avec l’album « Brouillard sur le Pont Tolbiac », ses illustrations des grands romans de Céline et plus récemment l’adaptation en 4 tomes du « Cri du Peuple » de Jean Vautrin. Cependant, Tardi s’impose dans une dimension historienne avec l’incontournable « C’était la guerre des tranchées » (1993). Un récit sans concession et un dessin d’une précision méticuleuse.
 
Mais tout le monde connaît aussi (enfin les amateurs de BD au moins) la série Adèle Blanc-Sec. Le décor est celui de Paris au début du XX ème siècle ou l’héroïne va vivre des aventures aussi rocambolesques qu’improbables avec forces de montres préhistoriques, d’horribles méchants, de momies vivantes et de savants fous. Le tout traité à la manière des feuilletons populaires à la Gaston Leroux (Le fantôme de l’opéra) ou encore Jean Ray (Harry Dickson) et Maurice Leblanc (Arsène Lupin).
 
Tardi joue avec ses personnages et le lecteur. Dans l’interview qu’il accorde cette semaine à Télérama il avoue que parfois lui-même se perd un peu dans ses histoires : « Je m’autorise à être incohérent, à créer des situations totalement fantaisistes ».  Ce qui nous donne des histoires débridées, pleines d’humour et de légèreté avec une héroïne résolument moderne, surtout pour l’époque.
 
Le premier volet de ces aventures, « Adèle et la Bête » paraît en 1976. Si les premiers épisodes se sont rapidement enchaînés, le rythme des derniers s’est considérablement ralenti, au point qu’il nous aura fallu attendre 9 ans avant que ce 9ème volet ne voie le jour.
 
Il s’intitule le Labyrinthe infernal et il est pré-publié dans Télérama durant tout été.
 
 
  
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Ce n'est, à mon avis, pas le meilleur de Tardi, Adelle Blanc-sec Je préfère, par exemple, les Nestor Burma. J'adore ces ambiances.Bon tremplin demain, Philippe. Nous, ce sont les vacances à Royan. Nous espérons du soleil. En tout cas, moins de pluie ! Départ tôt demain.Migwell
Répondre
P
Moi j'aime assez le côté un "live" de la série Adèle Blanc-sec. Mais tu as raison, Migwell, ce n'est sans doute pas  le meilleur de Tardi.
Merci pour le Tremplin. J'en ferai sans doute un compte-rendu sur le blog.
Bonnes vacances, Migwell !
Philippe
P
Je vais suivre avec intérêt les aventures d'Adèle Blanc Sec dans Télérama dont j'ai remarqué dans le dernier N° reçu le premier épisode de la série. Ce sera pour moi une découverte de Tardi, que je connais de réputation mais dont je n'ai encore rien lu.
Un grand bonjour à toutes et tous.
Pierre
Répondre
P
Bonne découverte, alors, Pierre !