Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog, créé en octobre 2006, a pour mission de partager nos passions en musique,  cinéma, bouquins et plein d'autres choses encore.

De Nantes à Brest, puisque ce sont les villes qui bornent notre éloignement géographique, nous utilisons le blog comme canal de nos coups de coeur !

Ce site est bien sûr ouvert à la famille, aux amis et à tous ceux qui passent pas là. N'hésitez pas à réagir aux articles en y mettant vos propres commentaires.

Pour suivre l'actualité du site, vous pouvez aussi vous inscrire à la "newsletter".

Bonne visite !

dossier Beatles

 

 

Recherche

Articles Récents

12 décembre 2007 3 12 /12 /décembre /2007 13:18
The TRAVELING WILBURYS COLLECTION
Rhino
Sortie le 11/06/2007
 
1988. George Harrison est pressé par sa maison de disque de fournir une face B inédite pour le 45 tours de « This Is Love ». Cette chanson est extraite du nouvel opus du quiet Beatles « Cloud Nine ».
 
L’idée lui vient de réunir quelques bons copains pour l’occasion. Et non des moindres : Bob Dylan, Roy Orbison (Pretty Woman), Tom Petty et, cherchez l’erreur, Jeff Lynne, le producteur de Cloud Nine.
 
Pour faire court, la face B fut si convaincante (« Handle With Care » qui ouvre le premier disque) et l’ambiance de l’enregistrement si bonne que nos amis décidèrent, dans la foulée, de faire un album entier sous le nom des Traveling Wilburys. A noter que les véritables noms des artistes sont remplacés par les pseudonymes dont le nom de famille commun est Wilbury. Seules les photos, jamais vraiment nettes, permettent d’identifier les artistes.
 
Deux années plus tard, malgré le décès de Roy Orbison le 6 décembre 1988 (crise cardiaque à 52 ans), encouragés par le succès du premier disque, les Wilburys remettent le couvert en quatuor. On reconnait, dans le titre de l’album, intitulé Volume 3, la facétie pince sans rire de George Harrison.
 
2007. La prestigieuse maison de disque Rhino nous offre la première réédition CD de cette aventure. Tous les discophiles connaissent le sérieux de la maison Rhino, apportant un soin extrême à la qualité du son (nettoyage des bandes originales, remasterisation exceptionnelle) mais aussi au packaging. Les amateurs ne seront pas déçus. Rhino démontre une fois de plus son savoir faire. Joli boitier, note de pochettes et illustrations bien fournies ET, judicieusement placé entre le volume 1 et le volume 3, un DVD constituant le numéro manquant. Bien joué !
 
J’avoue qu’à l’époque j’avais complètement zappé le projet Traveling Wilburys (on ne peut pas être sur tous les fronts) et c’est donc avec une oreille vierge que je découvre aujourd’hui cette musique. Non sans une double appréhension : Nous sommes encore dans les années 80 et son usage maladif des premiers synthés numériques, le tout aggravé par la présence du producteur Jeff Lynne, justement amateur de synthés en tous genres (les plus anciens se rappelleront de l’Electric Light Orchestra dont il fut le leader).
 
Et puis non, voilà une musique qui a bien supporté l’épreuve du temps. Bon, quelques séquences de synthé viennent parfois nous titiller les oreilles mais sans trop gâcher le son. Globalement, le niveau est à la hauteur des protagonistes. Evidemment, un beatlesmaniaque de ma trempe ne peut qu’être particulièrement séduit par la présence de George Harrison qui se fend de plusieurs titres très inspirés comme le déjà nommé « Handle With Care », mais aussi l’excellentissime « Heading For the Light ». La voix de Roy Orbison, haute et claire (écoutez « Not Alone Any More), tranche avec celles, éraillées et approximatives de Tom Petty et Bob Dylan (mais ça n’est une nouveauté pour personne !).
 
Le volume 3 reste de bonne facture même s’il n’égale pas son prédécesseur. On y appréciera une reprise sympathique du classique « Runaway » (immortalisé en France par Dave sous le titre de « Vanina »)
 
Enfin, on se délectera du DVD en bonus. Rhino a vraisemblablement balayé dans tous les recoins pour collecter l’intégralité des images disponibles. J’ai particulièrement apprécié l’épisode où Bob Dylan demande l’avis de ses compères à l’issue de sa prestation vocale. Ces derniers lui répondent avec un faible enthousiasme : « C’est bon ! ». Vexant ! Séances d’enregistrement, clips et témoignages nous donnent à voir un bel exemple de franche camaraderie où l’égo souvent surdimensionné des rocks stars est mis au placard.
Petit jeu dans le ton "Salut les copains" : Sauras-tu reconnaître tes idoles ?
Maintenant, dans le ton "Guitares magazine" : "Saurez-vous identifier ces guitares ?"
 

Pour nos amis aux fins de mois sans difficulté : le coffret en édition de luxe !
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
J'ai réécouté le disque. C'est vrai que c'est pas mal, mais surtout grace à Harrison et Orbison. Parce que Petty et Dylan chantent vraiment comme des casseroles ! Musicalement, c'est toujours bon, à part le saxo, typique également des années 80. Et je n'aime pas le saxo.Migwell
Répondre
M
Ah les Traveling Wilburys ! J\\\'ai découvert dans les années 93-94. J\\\'adore. Par contre, je ne connaissais que le premier, avec Roy Orbison. Je voue d\\\'ailleurs une véritable passion à Roy Orbison, vers la fin de sa vie, avec l\\\'album Mystery Girl et les inédits de l\\\'époque. Cette réédition est une très bonne surprise. Je vais l\\\'étudier de près. Au passage, j\\\'aime bien également l\\\'album Cloud Nine de George. Je l\\\'ai écouté tout un été, à Juan-les-pins. Mon fils aîné avait moins d\\\'un an. Maintenant il en a 20 ! La musique rythme la vie, à mon sens plus que tout autre art, et fait remonter les souvenirs.Migwell
Répondre
P
Je suis bien d'accord avec toi, Migwell, certaines musiques ramènent à des souvenirs précis.
Depuis l'acquisition du coffret Traveling Wilburys, l'album de Roy Orbison a repris du service : même production (Jeff Lynne) mêmes participants (Tom Petty, George Harrison) et même niveau (excellent).