Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog, créé en octobre 2006, a pour mission de partager nos passions en musique,  cinéma, bouquins et plein d'autres choses encore.

De Nantes à Brest, puisque ce sont les villes qui bornent notre éloignement géographique, nous utilisons le blog comme canal de nos coups de coeur !

Ce site est bien sûr ouvert à la famille, aux amis et à tous ceux qui passent pas là. N'hésitez pas à réagir aux articles en y mettant vos propres commentaires.

Pour suivre l'actualité du site, vous pouvez aussi vous inscrire à la "newsletter".

Bonne visite !

dossier Beatles

 

 

Recherche

Articles Récents

30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 16:53

Trevarez-Chateau reflet dans le bassinCa ressemble à un conte de fée. Il était une fois un monsieur très très riche. Il aurait voulu être président de la république mais il n’était que député et président du Conseil Général du Finistère, ce qui, avant la décentralisation, n’avait pas le même prestige. Ce n’était pas un roi, mais il rêvait d’un château.

 

L’argent ne posant pas de problème, il voulait construire dans un très grand parc, une bâtisse suffisamment imposante pour accueillir ses amis et relations politiques et sociales, histoire de leur en mettre plein la vue. Rien n’était trop beau : salle de bal, salle à manger gigantesque, fumoir, bibliothèque… Et le tout équipé de ce qui pouvait se faire de mieux et de plus moderne en termes de technologies. Charpente métallique, chauffage central, électricité, 3 ascenseurs, 22 salles de bains, 2 piscines…

 

L’architecte… lui construisit son château dans un style très en vogue à l’époque : l’ecclectisme ; un style nouveau empruntant tous les courants architecturaux du passé. Quelques éléments Art-déco, alors en vogue pour mettre une petite touche actuelle et voici notre château de Trévarez qui s’élève, en briques rose, sur les hauteurs des montagnes noires, à Saint-Goazec.

 

Trevarez-james de KerjeguCet homme c’est James de Kerjégu. La construction de son château, qu’il ne compte occuper que 3 mois par an (le reste du temps, il réside dans son hôtel particulier parisien), s’achève en 1907. Le conte de fée tourne au vinaigre puisque le châtelain décède l’année suivante.

 

C’est Françoise, sa fille, qui reprendra le destin de Trévarez en main. Mais elle va progressivement délaisser le château pour rejoindre son mari en Loire Atlantique.

 

La fin de la seconde guerre mondiale porte un coup fatal au château. Celui-ci, alors occupé par les allemands, est bombardé et éventré.

 

Il faut attendre 1968 pour que le Conseil Général du Finistère en fasse l’acquisition et, lentement mais sûrement, entame un programme de rénovation.Trevarez-Chateau detail

 

Aujourd’hui seules 3 pièces du château se visitent au rez-de-chaussée. Le reste de la bâtisse a été dévoré par le mérule et est peuplé d’une colonie de 600 chauves-souris.

 

C’est tout cela que nous a expliqué Lise, notre guide. En ce 24 octobre en effet, 3 visites différentes étaient programmées : visite du parc, des sous-sols et de l’intérieur.

 

Cela faisait longtemps que je voulais retourner à Trévarez. Aussi l’enfilade des 3 visites ne m’effrayait pas du tout, bien au contraire : j’avais bien l’intention, à l’issue de la journée, d’être incollable sur le domaine.

 

La ballade du parc au château nous offrait un décor incendié par les couleurs automnales qui paraient le feuillage. Le château apparaît rapidement, avec un jardin aménagé à la française en premier plan.

 

Trevarez-Chateau cuisine sous-solPuis vient le moment (2e visite) d’accéder au sous-sol. Cette partie ne se visite qu’accompagné et ne se fait, semble-t-il, que très rarement. De fait, le premier sous-sol, éclairé par les fenêtres qui donnent sur la vallée, n’a été ni rénové ni nettoyé. Ce lieu était occupé principalement par la cuisine, la boucherie, des dessertes pour ranger les denrées et une immense glacière. Ici, tout n’est que rouille et poussière. L’endroit est resté tel quel, sans restauration et sans entretien. Ce n’est pas vraiment très beau mais ça a quand même le charme du vécu, avec un petit côté fantomatique.

 

Nous remontons à la surface pour l’expo « Bâtir un rêve ». Il ne reste pas grand-chose du mobilier du château qui fut vendu aux enchères par les derniers propriétaires avant l’acquisition des lieux par le Conseil Général. Mais l’expo nous présente du mobilier et des éléments techniques d’époque mettant en avant le côté moderne de la construction. En revanche, il est difficile avec les aménagements actuels de se faire une idée de l’agencement tel qu’il était à l’époque du châtelain. Quelques photos anciennes nous révèlent des intérieurs richement et abondamment décorés.

 

Trevarez-Chateau vue generale 1Lise, notre guide, maitrise parfaitement l’histoire du château mais s’embrouille dès qu’elle parle de technique. D’ailleurs, elle jalonne régulièrement ses commentaires de « en fait… ». Au terme de 3 heures de visite, il est temps de la quitter. Elle nous informe des nombreux projets pour le château. Ouverture de la salle de bal, sans rénovation mais permettant au visiteur d’admirer le volume, du sol au plafond, dégagé dans le château par le bombardement. En projet également, offrir la possibilité de visiter la partie privative du château. Pour aboutir à cela, du temps et de l’argent seront nécessaires.

 

Il est certain que le Conseil Général du Finistère ne dispose pas du même budget que James de Kerjégu pour son ambitieux projet, soit l’équivalent actuel de 18 millions d’euros !

 

Trevarez-cafe gateau

Avant de repartir, nous faisons une halte à la cafétéria qui servait un délicieux gâteau breton aux pruneaux.

Partager cet article
Repost0

commentaires