Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog, créé en octobre 2006, a pour mission de partager nos passions en musique,  cinéma, bouquins et plein d'autres choses encore.

De Nantes à Brest, puisque ce sont les villes qui bornent notre éloignement géographique, nous utilisons le blog comme canal de nos coups de coeur !

Ce site est bien sûr ouvert à la famille, aux amis et à tous ceux qui passent pas là. N'hésitez pas à réagir aux articles en y mettant vos propres commentaires.

Pour suivre l'actualité du site, vous pouvez aussi vous inscrire à la "newsletter".

Bonne visite !

dossier Beatles

 

 

Recherche

Articles Récents

29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 22:10

Film français de Pascal Thomas
avec Laetitia Casta, Pierre Arditi, Mathieu Amalric
Sorti le 27 décembre 2006

Ca démarrait bien, un ton assez vif, des personnages crédibles... Et puis, rapidement, je ne sais plus pourquoi, j'ai décroché. Des situations et des attitudes loufoques, les personnages qui s'adressent aux spectateurs... Et pourtant j'ai souvent failli me raccrocher à telle ou telle scène. Parce que les acteurs sont excellents, que certaines situations sont irrésistibles. Dommage que le réalisateur ait choisi l'outrance comme mode de narration là ou la légèreté aurait suffit. Une outrance qui peut rappeler celle de Bertrand Blier par exemple. Mais n'est pas Blier qui veut. En l'occurance il manquait le verbe du réaliseur de "Trop belle pour toi".

Et puis le couplet social a 2 balles du final manquait franchement de brio.

En un mot : Dommage.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 22:00

Film américain de Sylvester Stallone,
avec Sylvester Stallone
scénario Sylvester Stallone
Musique de Bill Conti
Sorti le 24 janvier 2007.

Beuaaaarrr.....

Il est quand même fort dans le rôle de Rocky le Stallone ! Et voilà plus de 30 ans que ça a commencé. Pour ce dernier opus, il semble que tout le stock de psychologie qui trainait a été utilisé, et c'est tant mIeux ! Il est vrai que depuis le numéro 3, la série des Rocky ne brillait guère par ces aspects là, c'était plutôt "clichés" et compagnie... Mais voilà, c'était oublier un peu tôt que derrière la bête, il y avait un homme. Et nous voici donc face à un film qui raconte une histoire tout à fait crédible, mon inquiétude principale n'avait donc pas lieu d'être. L'histoire nous balade entre un boxeur reconverti en restaurateur qui n'a toujours pas fait le deuil du décès de son épouse et vit enfermé dans le passé, un fils qui n'arrive pas à se faire un prénom et vit dans l'ombre de son père dont il cherche à s'en démarquer au maximum, des anciens partenaires en pleine déconfiture et un autre champion de boxe qui a bon fond, mais qui risque de mal tourner. Bref, il fallait un bon coup de poing là-dedans pour mettre de l'ordre et partir à nouveau sur de bonnes bases. Le combat final est le point d'orgue logique d'un crescendo très prenant.

Et que dire de la bande son? Hein? Eh bien cette bande son est identifiable dès les premières notes, à l'instar d'un Star Wars, d'un James Bond ou encore d'un Indiana Jones par exemple, marque des grands succès et vient confirmer le postulat : pas de grand film sans bande son inspirée ! De plus, ceux qui l'attribuaient encore aux Grosses Têtes en sont pour leurs frais !
Alors, si la forme est très "à l'américaine", tout est possible il suffit de le vouloir, c'est quand même un film fort, riche en émotion et d'une sincérité touchante. Voilà un épilogue bien réussi pour cette série de films qui vaut surtout par son premier volet (à la limite les deux premiers) et son dernier !

 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 20:30

réponse au jeu du vinyle !

eh, oui, il s'agissait bien de Yellow Submarine des Beatles.

Notre grande gagnante est Cécile !!! Bravo à elle.

Ce vinyle jaune a été édité à l'occasion de la ressortie du dessin animé Yellow Submarine en DVD, en 1999. Donc un vinyle assez récent. A noter que le pressage noir était également proposé. Cette édition au visuel différent que celui d'origine (1968) se distingue également par son contenu. Tandis que l'original proposait, en face B, des musiques instrumentales composées par George Martin, l'édition 99 propose d'autres titres présents sur d'anciens albums et utilisés dans le dessin animé.

Rendez à vendredi pour notre deuxième jeu du vinyle !

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 18:00

Allez, un petit jeu pour le week-end !

Le principe est simple : je vous propose une photo d'un disque vinyle et vous devez en deviner le titre. Là où ça se complique, c'est que le disque tourne sur la platine et du coup, comme le temps d'exposition de la photo est long,  la vignette est illisible !

Ce soir, voici un beau vinyle jaune.  Allez, sur la série de 3 à venir, c'est le plus facile !

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 23:17

Funeral est un album qui me fait des clins d'oeil depuis qu'il est sorti ( en 2005) : une très bonne critique dans Rock&Folk, une écoute rapide chez Philippe, l'enthousiasme des collègues du collège où je travaillais...

Et le mois dernier, en me promenant à la Fnac, je tombe nez à nez avec lui. Il coûte 10 €, c'est un signe, je saute sur l'occasion. Depuis il n'a quasiment pas quitté la voiture. Une bonne dose d'énergie, une pointe d'originalité, rien de tel pour m'enthousiasmer. La voix de Win Butler peut un peu étonner à la première écoute, mais finalement on se laisse charmer par son timbre particulier.

Parmi mes préférées : 4. Neighborhood"3 (Power Out), 6. Crown of Love et la 7. Wake up.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 20:50

Dans notre série "Les chansons des Beatles à la loupe"

GET BACK
 
1 – Composition
2 - Enregistrement
3 – Diffusion
4 - Versions de Paul McCartney
5 – Autres versions
 
1 – Composition
A quelques exceptions près, les signatures Lennon-McCartney ne signifient pas une collaboration parfaite et égale dans l’écriture de chansons. En effet la plupart du temps elles sont l’œuvre de l’un ou de l’autre.
 
Get Back est un de ces bons vieux rock dont Paul a le génie. Dans la même veine et du même auteur, on se souviendra au hasard de « I Saw Her Standing There », « I’m Down », « Back In the USSR ». Ceux qui disent ou écrivent que McCartney ne sait composer que des bluettes oublient souvent que l’Oncle Paul est l’auteur du titre le plus violent des Beatles « Helter Skelter ». Mais les réputations ont la vie dure…
 
Get Back a bien failli être le titre du dernier album des Beatles. En effet, les séances d’enregistrement de ce début 1969 étaient couramment désignées comme les « Get Back Sessions » et un premier album fut soumis à EMI sous le nom de cette chanson.
 
Selon Barry Miles, biographe de l'oncle Paul « Paul avait dans l’esprit un vague début de texte et de mélodie et commença à improviser autour de l’embryon de la chanson. John se joint à lui, et ils se mirent tous les deux à réfléchir à des paroles. Beaucoup des vers de la chanson furent tirés d’un journal, ce qui était typique de leur écriture. En l’occurrence, la chanson parlait de la situation des Kenyans qui arrivaient en masse en Grande-Bretagne avant l’adoption du dispositif législatif Commonwealth Immigration Bill, qui s’apprêtait à leur interdire l’entrée du territoire. A l’origine la chanson devait être une caricature au second degré des gens racistes… A propos de la fameuse « Jo Jo » Paul ajoute : « Beaucoup de gens ont depuis déclaré qu’ils étaient Jo Jo, mais ce n’est pas vrai, autant le dire tout de suite ! Je n’avais personne en tête spécialement, c’était un personnage de fiction, mi-homme, mi-femme, très ambigu. Je laissais souvent de l’ambiguïté dans mes chansons, j’aime faire ça dans mon écriture ».
 
2 – Enregistrements
« Get Back » fut travaillé à partir du 7 janvier 1969 (au Tweakenham studio) et enregistré du 23 au 28 janvier au nouveau studio d’Apple à Savile Row, à Londres (donc pas aux fameux studios d’Abbey Road). 
 
Le 30 janvier, sur le toit d’Apple, les Beatles jouent trois versions de Get Back, dont la dernière à l’issue de laquelle Paul va déclarer :  « Thanks Mo… » et John : "I would like to say thank you on behalf of the group and ourselves and I hope we've passed the audition"
 
 
Personnel :
Paul McCartney : Chant, basse (Höfner)
John Lennon : Chœurs, guitare solo (Epiphone Casino)
George Harrison : Guitare (Fender Télécaster)
Ringo Starr : Batterie (Ludwig)
Billy Preston : Piano électrique (Fender Rhodes)
 
Ingénieur du son : Glyn Johns
 
3 – Discographie du « Get Back »
 
3 enregistrements ont été publiés :
 
« Get Back » fera tout d’abord l’objet d’un 45 tours sorti en Grande Bretagne le 11 avril 1969, avec en face B, Don’t Let Me Down. C’est la version du 28 janvier avec le fameux coda.
Le single Get Back se classera :
- numéro 1 en Grande Bretagne pendant 6 semaines et dans le top50 pendant 17 semaines.
- numéro 1 au billboard (USA) pendant 5 semaines.
   
On retrouve « Get Back » sur l’album Let It Be, sorti en mai 1970, soit un an plus tard. La version est celle enregistrée le 27 janvier. Mais le producteur Phil Spector trompe l’auditeur en ajoutant à la fin du morceau les commentaires enregistrés sur le toit d’Apple, laissant croire qu’il s’agit d’un enregistrement « on the roof top ».
 
En réalité, il faudra attendre l’Anthologie 3 (1996) pour entendre pour la première fois sur disque officiel l’une des trois interprétations de Get Back lors du concert sur le toit. Le son est nettement moins bon, les musiciens moins précis et des problèmes techniques nous privent des deux guitares pendant tout un couplet. Mais, comme le disent les notes de pochette : « C’est un moment historique : les Beatles chantent le dernière chanson de leur dernière performance en public ».
 
C’est la version single qui ouvre l’album Let It Be Naked  (2003) avec un son prodigieux. Il suffit de comparer ce dernier avec le CD “Past Masters 2” (1988) pour s’en convaincre définitivement. 
 
Quant à la version “Love” (2006), je penche pour la version “Naked” avec, en introduction,  l’accord de “Hard Day’s Night”, puis en prelude, la partie instrumentale de “The End” sur laquelle a été ajoutée la montée de violon de “A Day In the Life”. L’enchaînement avec Glass Onion est particulièrement bienvenu.
 
Pour être complet, Get Back figure également sur les compilations « 1967-1970 » (double bleu - 1973) et « One ».
 
4 - Versions concerts de Paul McCartney
 
Tripping The Live Fantastic  (1990). C’est donc plus de vingt ans plus tard que Paul reprend Get Back. Version plutôt sympa, énergique, avec le coda.
 
In Red Square (DVD – 2005)
 
The Space Within Us (DVD – 2006)
 
Deux versions qui se valent, honnêtes mais pas exceptionnelles
 
5 – Autres versions
 
Sarah Vaughan « Songs of the Beatles » 1981. Une grande diva du jazz s’attaque à un répertoire inhabituel. Voix excellente (le contraire eut étonné) accompagnement limite disco, idéale pour les fans de Thriller (le blockbuster de Michael Jackson)
 
Blue Note Artists « Strawberry Fields » 1996 par Jahlisa (chant) & Junko Onishi (piano). Là encore une version assez funky avec un côté un peu prétentieux (histoire de rappeler que l’on est pas sur n’importe quel label !) Le solo de piano est techniquement parfait mais quelques accords de synthè viennent polluer l’ensemble. Dommage.   
 
Anonymously Yours sur « Trojan Beatles Tribute Box Set ».(2004 mais morceau enregistré en 1969) Ah ! Le coffret reggae ! Beaucoup à jeter, un peu à garder. Ici nous sommes dans un no man’s land. C’est pas que c’est mauvais, mais c’est pas terrible non plus. Le solo de piano, aigrelet, force le sourire.
 
Enfin, nous n’ignorerons pas les redoutables Bidochons qui nous livrent une version française et iconoclaste, sous le titre « Get Claques » sur l’album potache « 4 Beadochons dans le vent » (1992). Globalement, ça casse pas des briques. Je préfère nettement « Pas d’Papier Water » (reprise de Paperback Writer). Non, Benoît, laisse tomber, j’ai déjà le lien vers « rire et chanson ».
 
Si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à compléter.
Ceci dit, s’il ne fallait retenir qu’une version, sans hésiter ce sera celle de Let It Be…Naked.
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 23:21

Film français de Roschdy Zem
Avec Roschdy Zem et Cécile de France
Sorti le 6 décembre 2006

Amis de la comédie romantique, bonsoir !

Ce film est effectivement pour vous, pour nous !
Les ingrédients sont toujours les mêmes, un homme, une femme et deux univers bien différents. Ici un arabe et une juive.

Maintenant, il vaut mieux être habile cuisinier pour faire prendre la mayonnaise auprès du public car à force, il commence à bien la connaitre la recette.

Mais, et ça n'est non plus très original, le couple est tellement sympa, et leur entourage pétri de tant de bonne volonté qu'on se laisse prendre au jeu. Et puis franchement, y'a vraiment de bons gags qui font mouche. Les rires dans la salle ne trompent pas. Allez, je ne résiste pas à vous révéler la plus belle bévue du film, lorsque Jean-Pierre Cassel, le père juif de Cécile de France, appelle Ismaël "Israël". J'en souris encore !

Donc, oui, une bonne soirée, tranquille sans prise de tête qui aborde par la comédie un sujet hélas d'une actualité souvent bien plus grave. Alors, pas un grand film mais un bon film. Et puis, quand même, les gars, y'a Cécile de France... Moi je prends !

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 20:30

Film américain de Neil Burger
Avec Edward Norton, Paul Giamatti, Jessica Biel, Rufus Sewell
Sorti le 17 janvier 2007

Ah, ben c'est la loi des séries, mais une série positive !!!
 
L'illusioniste est effectivement aussi un très bon film !
L'ambiance XIXe siècle est bien rendue, même si j'ai l'impression que le film n'a pas été tourné à Vienne en Autriche, lieu de l'action... Même si l'histoire prend son temps pour démarrer et pourrait faire penser à une pauvre bluette sentimentale sans intérêt, cela évolue somme toute assez rapidement. Ces détails mis de côté, les acteurs sont bons, la mise en scène aussi et surtout le suspens dure jusqu'à l'ultime minute du film. J'ai été totalement embarqué dans l'histoire et, il faut le dire, totalement bluffé par l'illusioniste !
Le problème, c'est qu'on ne peut rien raconter.. sinon tout le plaisir en serait gâché... Je fais ici un parallèle avec "Sixième sens" : si tu sais que Bruce Willis est mort depuis le début... ça perd beaucoup d'intérêt !!! Ben là, c'est pareil... sauf que personne n'est mort au début !
Bref, tout comme "Le fabuleux destin de Harold Crick", il faut aller voir ce film !
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 11:37

Film américain de Marc Forster
Avec Will Ferrell, Maggie Gyllenhaal, Dustin Hoffman, Emma Thompson
Sorti en France le 10 janvier 2007

Ah ! Ca fait du bien un bon film !
Ben oui, c'est vrai quoi ! Après les daubes qu'on s'est tapées le week-end dernier... un bon film : ça fait du bien.
 
Il s'agit de "L'incroyable destin de Harold Crick"
Le sujet, fort original, est traité avec tendresse, légèreté, créativité et simplicite. Pas de mise en scène pompeuse ni de gros moyens, un film simple et attachant où l'on passe volontiers du sourire aux larmes. C'est une jolie réussite. En effet, malgré un risque élevé de se gauffrer lamentablement, le pari de garder le spectateur en haleine jusqu'au bout est rélevé. Les acteurs sont bons, un vrai plaisir de voir Dustin Hoffman en professeur de littérature "original" et Will Ferrell en autre chose que l'idiot ou le gaffeur de service ! Et ce n'est certes pas Maggie Gyllenhaal qui campe une boulangère aussi craquante que ses sablés à la meringue qui me fera mentir. Autant de charme dans la même personne, ça devrait être interdit.
Mais l'histoire, me direz-vous... et bien j'y viens ! Ou plutôt non, tiens !!! Allez donc voir ce film.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 23:28

ACTE 1 - Jean-François va au ciné et il n'est pas content !

APOCALYPTO
Film américain de Mel Gibson

avec Rudy Youngblood, Dalia Hernandez

Sorti le 10 janvier 2007

Je n'ai pas vu d'intérêt historique ni culturel à ce film, pas plus que documentaire... Une brève vérification du côté historique de l'humanité(pas le journal communiste) m'a permis de me rendre compte d'une énormité. En effet, on peut dater le début du déclin de la civilisation Maya vers 900 après J-C, et vers 1200 après J-C la civilisation Maya a été intégrée à la société Toltèque. Seuls des centres périphériques ont subsisté ici et là jusqu'à l'arrivée des Espagnols au XVIe siècle. Or, on nous présente ici une civilisation qui en est pratiquement à son apogée quand les Espagnols arrivent... Je ne suis pas un spécialiste de l'Histoire de l'Amérique précolombienne, mais au vu de cette bourde phénoménale, il y a sûrement beaucoup d'autres anachronismes...

Reste le côté fiction. Tout est cousu de fil blanc, enfin rouge, tant c'est violent et l'hémoglobine coule à flots. Je n'en voyais pas la fin (2h18), (inter)minable... A éviter vraiment !


Le Serpent
Film français de Eric Barbier
Avec Yvan Attal et Clovis Cornillard
Sorti le 10 janvier 2007

L'histoire met beaucoup (trop) de temps à se metre en place, des pistes restent en friche... Ensuite, c'est vraiment bien pendant une demi-heure, puis tout s'effondre comme un soufflé.. Dommage. Reste quand même la performance de Clovis Cornillac en méchant vraiment méchant.        

ACTE 2 - Philippe va au ciné et il se gourre de film !

Voilà ce que c'est de pas lire le programme. Dans mon ciné de quartier on projette deux films le week-end. Il faut donc bien choisir son soir (petit rappel ici).

Ce lundi soir, nous pensions donc voir le dernier film d'Alain Resnais, "Coeurs". Râté c'était le soir de l'autre film, en l'occurence "Le Lièvre de Vatanen".

LE LIEVRE DE VATANEN
Film de Marc Rivière
avec Christophe Lambert
Sorti le 27 décembre 2006

La première question que je me pose tandis le générique me révèle ma méprise : "Je reste ou je sors ?". Sophie à côté de moi, "Bah, y'a qu'à voir...".

Allez, c'est parti. Christophe Lambert... Ca nous rejeunit pas, tout ça... Subway, Highlander, Greystoke et... Ah non, rien du tout après. C'est le grand désert. Une sorte de Charles Bronson français. Donc, ça fait déjà drôle de le revoir, avec une gueule aussi blasée qu'un Robert Mitchum. Mais bon, ça c'est pour le début.

Ensuite, sa vie va changer puisqu'il va rencontrer... un lièvre. Alors Christophe est dans la forêt et il trouve le lièvre inanimé. Il le carresse et le lièvre se réveille. Puis il l'emmène au bord de la rivière. Le lièvre lui saute sur les genoux, redescend, remonte sur ses genoux, redescend....

C'est à ce moment là que je dis à Sophie : "J'en peux plus... je rentre".

J'admet que faire une critique sur les 5 premières minutes, c'est un peu abuser. Mais j'ai quand même interrogé Sophie à son retour. "Y'a de beaux paysages" essaye-t-elle de positiver. Non, non, vous pouvez me croire :"5 minutes c'est déjà mortel !"

Partager cet article
Repost0