Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog, créé en octobre 2006, a pour mission de partager nos passions en musique,  cinéma, bouquins et plein d'autres choses encore.

De Nantes à Brest, puisque ce sont les villes qui bornent notre éloignement géographique, nous utilisons le blog comme canal de nos coups de coeur !

Ce site est bien sûr ouvert à la famille, aux amis et à tous ceux qui passent pas là. N'hésitez pas à réagir aux articles en y mettant vos propres commentaires.

Pour suivre l'actualité du site, vous pouvez aussi vous inscrire à la "newsletter".

Bonne visite !

dossier Beatles

 

 

Recherche

Articles Récents

10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 14:35

1ère partie : présentation générale de l'album

LA CRITIQUE

Hier je rencontre Hervé. Hervé est un amateur de rock, aussi je lui pose la question « Alors, le dernier McCartney, tu l’as écouté ? » Il me répond : « Sur France Inter, un journaliste a déclaré que le dernier McCartney était sans intérêt ». « QUOI ??? » répliquai-je « Sans intérêt ??? » J’avais déjà en tête quelques pépites qui, selon moi, ne permettaient absolument pas de dédaigner l’opus 2007 du bassiste des Beatles. « Sabotage » voilà comment je traitai l’intervention du journaliste de France Inter, qui, d’une pichenette, évinçait l’œuvre du maître.
 
De toute façon, j’avais prévu de mettre en ligne le fruit de mes écoutes successives de Memory Almost Full mais, après ma rencontre avec Hervé, la chose était entendue, il fallait rétablir la vérité. Et qui mieux que moi est à même de le faire ? En toute modestie, pas grand monde, car votre serviteur, en matière de McCartney, sait être d’une impartialité à toute épreuve.
 
Ce que vous allez lire ci-dessous est certainement ce qui restera comme la plus objective des critiques de Memory Almost Full, le nouveau chef-d’oeuvre du plus grand compositeur de ce siècle. Rien que ça, je vous assure.
 
L’album démarre avec Dance Tonight avec son riff de mandoline. C’est sympa, entraînant, sans conséquence... une ouverture de disque comme McCartney les aime. Selon l’auteur, c’est le tout dernier titre composé et enregistré pour l’album. Le titre suivant Ever Present Past se veut léger, pop mais il m’évoque un peu trop les chansons des albums des années 80 comme « Pipes of Peace ». Pas ma période préférée. Bon c’est l’un des deux titres de l’album que je qualifierai d’assez moyen. Vient ensuite See Your Sunshine. Ouïe, les chœurs me font un peu peur... Mais cette basse... énorme qui surfe sur la mélodie. J’adore la seconde partie du titre à partir « She picks up daisies from a field... » très Wings. Mais, oui, je l’accorde les chœurs sont... comment dire... un peu pénible. Je suis à peu près certain que Nigel Godrich n’aurait pas laissé passer ça... Mais voici Only Mama Knows avec son intro classique qui laisse place à un bon rock dans la lignée de Juniors farm ou encore rock Show. Une parfaite réussite.
 
Il faut attendre la 4ème plage pour entendre la première ballade du disque, You Tell Me. McCartney, la voix haut perchée sur des accords de guitares nous sert une redoutable mélodie dont il a le secret. Le tout arrangé avec beaucoup de sobriété. Grandiose. Mr Bellamy ne m’enthousiaste pas plus que ça, même si le morceau est loin d’être mauvais. Mais là encore le producteur de « Chaos And Creation » aurait pu en faire quelque chose de beaucoup plus intéressant. Avec Gratitude ont revient sur du solide. Du McCartney à fleur de peau, avec une ligne de basse si caractéristique pour toute personne ayant entendu Abbey Road. Du grand art.
 
Nous attaquons maintenant un enchaînement de chansons, encore une technique qui rappelle la face B d’Abbey Road. Mais le premier titre Vintage Clothes évoque furieusement les Wings de Red Rose Speedway. Sans transition voilà le That Was Me, titre rock&roll qui lorgne plutôt du côté des années 50. Pas mal mais anecdotique. Mais voici, sans crier gare, My Feet In The Clouds. Puisque je suis dans les références, ici c’est clairement « Ram » auquel il faut se raccorder, le pont du milieu exceptée, un peu faible d’ailleurs. Mais voilà encore une mélodie inspirée.
 
J’adore House of Wax. Son attaque au piano, un arrangement digne du Pink Floyd. Le solo final est d’ailleurs digne des envolées de David Gilmour. Une réussite tant sur le plan de la composition que de l’arrangement.
Retour à la sobriété avec une chanson assez mélancolique car notre Paulo y évoque sa propre fin The End of the End. Non, pas toi, Paulo, tu resteras immortel, n’est ce pas ? Allez, on essuie sa petite larme car il nous le dit « No Reason to cry, No need to be sad ». Histoire de nous ressaisir, Paul sort ses griffes pour un rock sans prétention et assez moyen avec Nod Your Head. Ca me rappelle un peu Sgt Peppers mais en version au mieux « démo » au pire ratée. Dommage de clore l’album sur une fin aussi peu aboutie.
 
Alors ? Faisons les comptes ! 8 titres que je qualifierai de très bon à chefs-d’œuvre et donc 5 autres présentant moins d’intérêt à cause d’arrangements assez discutables, ce qui, avouons le, est le talon d’Achille de notre Paulo. Il manque ici un Lennon, un George Martin, un Elvis Costello, un Nigel Godrich à ses côtés pour lui dire « Non, Paul, pas ça ! »
 
Supérieur à « Driving Rain », peut-être au-dessous de « Chaos And Creation », Memory Almost Full se distingue par une plus grande variété dans les thèmes, les rythmes, les ambiances. De plus, comme je l’ai dit dans la chronique précédente, Paul a retrouvé une excellente forme vocale (l’absence de tournée ?). Comme disait Georges Marchais (politicien du siècle dernier, parenthèse pour les jeunes générations) : « Le bilan est globalement positif ».
 

Et si, finalement, alors que Chaos And Creation célébrait le talent du mélodiste, Memory Almost Full était comme une rétrospective des différentes facettes de celui qui, à 65 ans, n’est pas loin de fêter ses 50 ans de carrière avec toujours le même enthousiasme, la même inventivité. Pourvu que ça dure...   

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Je réponds à contre-temps sur ta liste de "plus grands compositeurs du XXe " siècle : d\\\'accord avec ta liste ajoutons pour mémoire Bartok, Thelonious Monk.
Quant à Gainsbourg, là je me désolidarise: habile faiseur, habile mélodiste à la rigueur mais ça manque souvent un peu de corps tout de même... et je ne parle pas des textes car là il y aurait encore beaucoup plus à dire...
 
Répondre
A
Tu écris qu'il a retrouvé une excellente forme vocale. Je ne suis pas tout à fait d'accord : sa voix - et ça faut un moment que ça dure - s'est abimée, il a perdu en aigue et en puissance. Bref les dégâts du temps... rien que de très normal sauf qu'on s'était tellement habitué à sa voix d'autrefois que ça fait toujours un peu mal de l'entendre ainsi... All things must pass chantait un de ses anciens camarades parti rejoindre Lennon...
Répondre
P
Je ne vais pas effectivement prétendre que Paul à retrouvé sa voix de vingt ans, mais il me semble tout de même qu'elle a retrouvé une certaine force depuis le précédent album. Je me permet de penser que l'absence de tournée a mis sa voix en repos, ce qui expliquerait cette impression. Philippe
B
En même temps, Jean-François, quel artiste peut aujourd'hui se venter d'être l'égal des Beatles à leur époque ?
Répondre
P
Effectivement l'épopée des jeunes filles en transe à la vue des Beatles et, à moindre échelle, des Stones, restera un cas unique dans l'histoire de la musique. Je pense aussi que c'est lié à un certain contexte historique et social.
Aujourd'hui, même si McCartney continue à remplir des stades (ses multiples DVD le prouvent) nous sommes loin de l'excitation des débuts.
Cependant un concert de McCartney reste une extraordinaire machine à remonter le temps et, pour l'instant tout au moins, il reste son meilleur interprète !
Philippe
J
Ben oui, Philippe, j'avais bien compris le second degré... c'est aussi pour ça que je faisais référence à Philippe Manoeuvre, bien qu'avec lui on ne sache jamais !
Sinon, un dernier petit mot : il y a 40 ans, les Beatles faisaient carton sur carton, les jeunes filles s'évanouissaient par millers, etc, etc... Je ne vois pas cet engouement pour le Paulo ! Soit c'est moins bon, soit c'est plus élitiste, soit les deux...
Ceci dit l'album précédent, "Chaos and creation", que tu as eu le bon goût de m'offrir et que j'écoute de temps à autre, n'est pas désagréable, c'est très bien réalisé à tout point de vue, très pro quoi, mais il n'y a pas l'équivalent des "hits" fédérateurs du passé qui pullulaient sur chaque album des Scarabées ("AC427", private joke)...
Donc, en résumé : Album à destination des inconditionnels seulement !
Pour finir, je dirai aussi que s'il y a une tournée, il est évident que je prendrai ma place de concert, n'ayant jamais vu le lascar en vrai !!!
Jean-François
Répondre
A
Voilà un article qui va sans doute me décider à me procurer le dernier opus du maître (ok pour le titre de plus grand compositeur de ce siècle à condition d'y inclure Lennon)
Reste quand même que le gros problème avec les derniers albums de McCartney (je n'y inclus pas le dernier dont je n'ai entendu qu'une seule plage d'ailleurs médiocre) c'est sa voix : elle a beaucoup perdu en aigüe, ravages inexorable du temps !
 
 
 
Répondre
P
Hé bien, justement, je trouve qu'au niveau vocal on est au dessus des précédents albums.  Et puis, pour qui a une prédisposition à apprécier l'oeuvre de Paul, le danger d'être déçu est, à mon avis, bien faible
Pour le titre de plus grand compositeur de ce siècle, je voulais parler du XXIème siècle. Je sais, je ne m'engage pas vraiment là. Mais pour le XXème, j'aurais du mal à départager McCartney de Ravel, Stravinsky, Debussy, Gershwin, Duke Ellington et pourquoi pas Gainsbourg...