Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog, créé en octobre 2006, a pour mission de partager nos passions en musique,  cinéma, bouquins et plein d'autres choses encore.

De Nantes à Brest, puisque ce sont les villes qui bornent notre éloignement géographique, nous utilisons le blog comme canal de nos coups de coeur !

Ce site est bien sûr ouvert à la famille, aux amis et à tous ceux qui passent pas là. N'hésitez pas à réagir aux articles en y mettant vos propres commentaires.

Pour suivre l'actualité du site, vous pouvez aussi vous inscrire à la "newsletter".

Bonne visite !

dossier Beatles

 

 

Recherche

Articles Récents

23 juillet 2007 1 23 /07 /juillet /2007 21:20

L’ABSENCE DE L’OGRE

Dominique Sylvain
Viviane Hamy (2007)
 
Lorsque mon libraire favori m’annonça la prochaine venue de Dominique Sylvain, j’avoue que cela me laissa quasi de marbre. « Connais pas » fut ma première réponse. « ben justement, c’est l’occase » me répondit-il « surtout pour quelqu’un qui aime le polar ». Sans doute que mon libraire, visiteur occasionnel de ce blog, ne retrouvera qu’un lointain rapport avec notre réelle conversation mais il faut bien que je résume tout en conservant l’essence de nos propos.
 
La première bonne surprise fut de découvrir que Dominique Sylvain, c’est pas un gars, c’est une fille. Et une fille aussi charmante que sympa. Alors, même si je voulais dire du mal de son bouquin, j’y arriverais pas et je m’étais dit : « si j’aime pas, j’en parle pas ».
 
Puis j’ai laissé reposer le livre sur ma pile d’ouvrages à lire. Je procède souvent avec les livres comme avec les bouteilles. J’entrepose quelques temps avant de consommer, sauf s’il y a urgence.
 
L’histoire : tout démarre avec le meurtre de Lou Necker, jeune rockeuse qui squatte une usine désaffectée. Brad Arceneau, jardinier au Parc Montsouris est le coupable idéal. Une fausse identité et un passé trouble. Mais Ingrid Diesel connaît bien Brad et est persuadée de son innocence. Aux côté de son amie Lola, l’ex-commissaire, elle va mener une contre-enquête.
 
Des odeurs, celles des épices, des jardins secrets ou publics, des saveurs, celles des mets de Maxime ou de la Nouvelle-Orléans, des musiques, soul si possible (Otis Redding, Marvin Gaye ou les Neville Brothers) mais pourquoi pas rock gothique avec les Vampirellas sans oublier le toucher, celui de ces corps que le « regain » affole : Pas de doute, l’écriture de Dominique Sylvain est sensuelle. Avec un humour délicat, comme effleuré, l’auteur met en scène une multitude de personnages pas toujours aussi clair qu’on pourrait le croire. Chacun a ses troubles et ses doutes. 
 
Dominique Sylvain a également l’art de raconter les lieux. Comme ce petit paradis de verdure qu’est le parc – ou du moins ce qu’il en reste – de Louis Guillaume Giblet de Montfaury, botaniste du XVIIIème siècle dont la romancière va jusqu’à écrire la biographie. Ou encore cette évocation de la Nouvelle-Orléans encore sous le traumatisme de Katrina.
 
Néanmoins nous sommes bien dans un polar et, après avoir laissé le lecteur s’aventurer sur de fausses pistes, la révélation du coupable est une réelle surprise.
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Hello Philippe,Je suis de retour de vacances. J'ai du retard question articles.Bonne soirée,Migwell
Répondre
P
Salut Migwell,
Prend ton temps pour les lire : Les chroniqueurs du canal risquent d'être durablement éloignés de leurs PC durant le mois d'août !
Philippe